Dans les médias

SOINS PALLIATIFS : DES THÉRAPIES COMPLÉMENTAIRES À DOMICILE POUR LUTTER CONTRE LA DOULEUR

27-09-2017

Depuis septembre 2016, le réseau Ensemble, spécialisé en soins palliatifs et soutenu par la Fondation APICIL contre la douleur « propose aux patients atteints d’une maladie grave et évolutive de bénéficier d’interventions en hypnose et de soins socio-esthétiques à leur domicile ». Ce réseau de santé « accompagne à domicile près de 300 patients par an », et tente de répondre à ce paradoxe : « la prise en charge à domicile est de plus en plus encouragée mais certains soins proposés aux patients restent encore et toujours exclusivement hospitaliers, non pas pour des questions techniques mais pour des raisons financières et organisationnelles ». Certes, le « domicile ne sera jamais une unité de soins palliatifs », mais il est « indispensable qu’il s’ouvre à des thérapies complémentaires ». Hypnose, soins socio-esthétiques mais aussi musicothérapie et art-thérapie, des pratiques non-médicamenteuses « qui ont été reconnues comme permettant de lutter e icacement contre la douleur ». Pour les mettre en œuvre, « le réseau fait appel à des socio-esthéticiennes et à des hypno-praticiens confirmés, indépendants et rémunérés à la séance ». Les proches peuvent également en bénéficier depuis peu ; ils sont « très demandeurs car épuisés et très angoissés ».

Sources: Le quotidien du médecin, Anne-Lucie Acar (28/09/2017)

Science et Avenir : Comment l'ésprit guérit le corps

14-08-2017

Méditation, yoga, hypnose ... Comment l'esprit influence-t-il la bonne santé du corps ? C'est à cette question que répond le dossier du numéro 846 de Sciences et Avenir, actuellement en kiosques. Présentation par Dominique Leglu, directrice de la rédaction du magazine.

Pas question ici d'échapper à la médecine classique ! Un des spécialistes interrogés dans le dossier de ce mois-ci le dit tout net : ce n'est pas parce que l'esprit peut guérir bien des maux du corps qu'il faudrait jeter pardessus bord les médicaments prescrits par un médecin (p. 33 du numéro 846 d'août 2017). Autrement dit, notre titre de couverture ne veut pas dire de…n'en faire qu'à sa tête. Il faut plutôt lire: il y a de quoi se réjouir, car des disciplines dites psycho-corporelles, outre les médications habituelles, peuvent aider à améliorer sa santé. C'est le cœur du sujet, sur lequel Sciences et Avenir a depuis longtemps publié des informations qui ne cessent de s'affiner.

1 / 1

Please reload