Médecine générale

Dr Jérôme Lebozec

Médecin généraliste, hypnopraticien

Médecine générale et pratiques complémentaires

 

Le médecin généraliste (MG) est le soignant de premier recours. Pour la Wonca (Organisation mondiale des médecins de famille) « Il doit répondre à tous les problèmes de santé dans leurs dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle ». Le médecin généraliste a une place prépondérante en matière de santé globale : guérir, soigner, prévenir, conseiller, accompagner, font partie de ses rôles. Ses compétences regroupent entre autres : une approche centrée sur la personne dans ses dimensions individuelles, familiales, et communautaires ; une gestion simultanée des problèmes de santé aigus et chroniques de chaque patient et la promotion et l’éducation pour la santé. Le MG doit être un expert en communication avec le patient : il doit fournir des informations qui seront aisément comprises, expliquer les investigations et leurs résultats et comprendre et gérer différentes émotions de façon adéquate.

 

La place du généraliste apparaît d'autant plus centrale que l'époque contemporaine connaît un fort processus de médicalisation. La médecine tente de répondre à des problèmes de plus en plus complexes et les patients tentent de trouver des réponses à des questionnements de plus en plus variés.

 

Des enquêtes récentes montrent que la population garde une grande confiance dans la médecine conventionnelle et notamment dans le médecin généraliste, mais elles mettent aussi en évidence qu'il existe une défiance envers les médicaments. Or la prescription médicamenteuse constitue l'épilogue le plus fréquent d'une consultation médicale. De même les moyens diagnostiques ou thérapeutiques hypertechniques génèrent un sentiment de déshumanisation, une perte de contact avec les soignants.

 

Ces constats permettent de comprendre le recours de plus en plus fréquent à des soins différents. Du point de vue des patients il peut s'agir d'une alternative ou d'un complément. Du point de vue du médecin il s'agit d'une approche non conventionnelle.

 

Et si les médecins généralistes intégraient ces différentes approches à la panoplie des réponses et des soins qu'ils connaissent et qui aident les patients ?

 

Il ne s'agit pas de proposer au MG de devenir acupuncteur, hypnothérapeute ou étiopathe. Il s'agit d'ouvrir son champ de connaissances et de proposer une approche vraiment globale, centrée sur la personne, son ressenti, ses attentes et ses choix personnels. En ce sens, le MG pourrait s'autoriser à entendre parler peut-être même à orienter voire à réaliser des soins non conventionnels.

 

Notre projet est d'accompagner les MG dans cette ouverture en décrivant les principes qui sous-tendent ces pratiques complémentaires, en recherchant les études, les recherches, les expériences cliniques pour que le généraliste puisse les intégrer à son approche globale. Nous rapporterons des exemples concrets où le généraliste combine l'art médical et la prise en charge humaniste, garde toute sa responsabilité face à un patient acteur dans sa santé, pratique une médecine intégrative.