Psychothérapie

Responsable de rubrique :

Isabelle Celestin-Lhopiteau

Rédactrice en chef de Big Bang Therapy, Directrice de l'IFPPC

Nous développons dans cette rubrique une réflexion sur les thérapies intégratives à partir de différentes orientations psycho thérapeutiques : divers textes portant sur la pratique clinique, la mise en perspective de différentes pratiques, les recherches … éclaireront cette réflexion à travers différents thèmes :

 

  • L’intégration de diverses pratiques psychocorporelles en psychothérapie.

  • La notion de psychothérapie intégrative.

  • Les effets de ces pratiques dans la prise en charge de diverses pathologies mais aussi dans la potentialisation de la santé et de la qualité de vie.

  • Ce que la réflexion et la pratique des psychothérapeutes peuvent apporter dans ce think tank sur les pratiques complémentaires.

  • L’importance de la relation au-delà des techniques.

  • Qu’est-ce qu’être thérapeute ?

 

Chaque pratique psychothérapeutique légitime sa spécificité à travers des particularités relationnelles diverses comme l’écoute, la parole, la réaction émotionnelle, la compassion, l’imagination, la suggestion, le conditionnement, l’explication, l’interprétation, l’introspection, l’auto-observation … (Jackson, 1999, p.386).

Une revue des études sur les résultats obtenus par les psychothérapies (Lambert et al.,1986), avec une grande variété de plans de recherche et sur de nombreux troubles chez l'adulte, met en évidence que l’amélioration d’une personne en thérapie serait déterminée par :

  1. Des facteurs extra-thérapeutiques (env. 40 %) qui tiennent du patient et de son environnement.

  2. Des facteurs relationnels communs et non-spécifiques aux modèles thérapeutiques (env.30 %) comme l’empathie, la chaleur relationnelle, l’encouragement, etc.

  3. Les attentes du patient (env. 15 %) vis-à-vis de la thérapie qu’il entreprend.

  4. Les facteurs techniques (env. 15 %) spécifiques au modèle appliqué par le thérapeute

 

Ainsi, de nombreuses autres études ont mis en évidence que les facteurs techniques liés au modèle n’auraient qu’une influence thérapeutique mineure ((Duruz et al., 2003 ; Luborsky, 1975 ; Lambert, 1998) et qu'il n'y aurait pas d'efficacité spécifique d’une forme de traitement par rapport aux autres (ou de telle particularité relationnelle par rapport à une autre).

Ces études ne remettent pas en question l’efficacité de ces thérapies, qui est clairement démontrée, mais montrent bien que cette efficacité dépend d’autres raisons que celles avancées par les théories des très nombreux modèles de psychothérapie. Ces résultats nous poussent à réfléchir autrement au changement en thérapie (ainsi qu’à la formation des psychothérapeutes), en sortant des dogmes et en mettant en perspectives les grands modèles de la psychothérapie.

 

L’approche intégrative en psychothérapie, loin d’être un assemblage de techniques, se révèle être un art de la communication et de la relation : à travers une démarche personnalisée, le thérapeute ajuste en permanence son action en fonction de ce que le patient éprouve ou évoque lors du travail thérapeutique.

Finalement cette approche intégrative pousse également à interroger, ce qui sera le cas dans cette rubrique, ce qu’est être un thérapeute.

Rappelons-nous que le mot thérapeutès en grec, signifie soigner, prendre soin et peut être aussi ce que les premiers thérapeutes de notre ère, les thérapeutes d’Alexandrie, mettaient derrière ce terme : « Le Thérapeute ne guérit pas, il soigne. C’est la nature qui guérit, c’est la Vie qui guérit. Le rôle du Thérapeute est de créer, ou de permettre les meilleures conditions pour que la guérison puisse advenir. Le Thérapeute ne guérit pas mais il crée le lieu, le milieu, l’atmosphère, les conditions favorables pour que la guérison ait lieu. Le Médecin, au sens majuscule du terme, c’est la Nature, et le Thérapeute est là pour collaborer avec elle. » (Leloup J.Y, 1993). Le plus important chez le thérapeute est sa qualité d’être, le soin se faisant d’être à être.

June 07, 2018

Après l'hiver ...

Dr Guy CARROT

Imaginons un chemin, un chemin de vie bien tracé, bien balisé sur lequel on avance à son rythme, un chemin que l'on découvre avec ses surprises ; souvent accompagné par une bonne fée ; c'est le printemps, la nature se réveille à peine ...

October 08, 2017

« L’Or pur de l'analyse » contre « le cuivre de la suggestion directe » ?

Geneviève Delas

Psychanalyse et hypnose constituent deux voies thérapeutiques très différentes. Si la psychanalyse s'inscrit dans une filiation historique et méthodologique par rapport à l'hypnose, elle semble l'avoir pourtant bel et bien reniée ... 

1 / 1

Please reload

October 08, 2017

Utilisation de l’amnésie dans le syndrome post traumatique avec mécanisme hallucinatoire

Jean-Claude Espinosa

Cet article montre l’intérêt de l’utilisation de l’amnésie dans le traitement d’un syndrome post traumatique. En effet l’amnésie va dans un premier temps permettre l’externalisation de la plainte et donc rendre réelle l’hallucination mnésique du traumatisme et ainsi rendre possible sa disparition ... 

 

 

1 / 1

Please reload