Yoga

Yoga : la place de la respiration et l’intégration

de la communication hypnotique

Pascale Wanquet- Thibault , cadre de santé, co-responsable du DIU des Pratiques PsychoCorporelles et de Santé Intégrative

Introduction :

Le yoga est une pratique millénaire, très largement répandue dans le monde entier sous de multiples adaptations. Il associe un travail corporel, un travail respiratoire, l’intégration de principes d’hygiène de vie, de principes philosophiques et la méditation. Il peut largement être associé à d’autres pratiques psychocorporelles. L’intérêt de l’intégrer dans le cadre des prises en charge thérapeutiques va croissant et porte ses fruits dans de nombreux domaines.

Le yoga et ses principes

Le yoga est une pratique millénaire qui associe postures corporelles (asanas), respiration (pranayama), hygiène de vie et méditation.

 

 

Cette pratique favorise un travail corporel et un travail mental sans discrimination de la supériorité de l’un sur l’autre.  

Philosophie de vie, le yoga constitue une forme de médecine préventive, mais améliore aussi la qualité de vie de personnes souffrant de pathologies très diverses, le plus souvent chroniques et évolutives.

Venu de l’Inde, le yoga a fait l’objet de multiples adaptations favorisant une pratique occidentalisée. De nombreuses écoles, chacune portant souvent le nom du maitre spirituel qui l’a développée, sont aujourd’hui accessibles.

" On peut considérer qu'il existe autant de façon

de pratiquer le yoga qu'il y a de pratiquants " 

 

De nombreuses autres pratiques corporelles, telles que le stretching, se sont inspirées du yoga. Par ailleurs, des pratiques psychocorporelles telles que la sophrologie ont intégré des éléments de yoga. Ainsi, on peut considérer qu’il existe autant de façons de pratiquer le yoga que de pratiquants, tant cette discipline permet une adaptation très personnalisée.

Toutefois, quelle que soit l’école, il existe des fondements  communs à une pratique respectueuse des origines. Ainsi, en yoga, l’acceptation de son état physique et psychique du moment, sans jugement, l’observation de ses sensations et perceptions corporelles, de ses ressentis, constituent une différenciation profonde de ce que connaissent les personnes qui pratiquent une discipline sportive par exemple. Le pratiquant respecte son corps, son potentiel, abandonne la recherche de performance. L’association de la posture corporelle à la respiration permet de prendre conscience de façon progressive du corps, de son mouvement, de zones corporelles jusqu’alors ignorées. Cette discipline est parfois perçue, à tort, comme une pratique de relaxation, considérée comme « trop calme » ou au contraire trop physique, ce qui est surtout lié  aux nombreuses représentations graphiques et photographiques de pratiquants bénéficiant d’un corps parfait.

" La pratique régulière du yoga permet également de

favoriser un travail de coordination,

d’équilibre  physique. Le travail d’équilibre

améliore également la concentration,

la gestion émotionnelle "

Si le yoga se pratique classiquement en cours collectif ou individuel, accompagné par un professeur, dans une recherche de maintien en santé, il s’avère également une pratique intéressante à aménager pour des personnes présentant des pathologies. Son efficacité clinique est  d’ailleurs décrite pour de multiples problèmes de santé. Selon les situations, il est  alors nécessaire d’adapter les postures ou la façon de les pratiquer. Cette adaptation porte sur la réalisation des postures, la durée et le rythme d’une séance.

Par exemple, si l’attention de la personne est labile, que trop de pensées parasites surviennent, générant de l’anxiété, le rythme des postures peut pendant une partie de la séance être soutenu tout en respectant les capacités physiques de la personne. Elle peut alors faire l’expérience de sa capacité à lâcher les pensées perturbantes, en passant par une pratique corporelle effectuée en pleine conscience, ce qui a un effet immédiat sur son bien-être.

La pratique régulière permet également de favoriser un travail de coordination, d’équilibre  physique. Ces activités physiques à travers les postures favorisent l’équilibre mental, la gestion des émotions, un mieux-être dans les activités de la vie quotidienne. Ainsi une personne âgée, présentant des douleurs dans ses déplacements, est plus à l’aise, améliore sa marche, ce qui prévient le risque de chute. Le travail d’équilibre améliore également la concentration, la gestion émotionnelle.

Il faut souligner l’intérêt du yoga pour développer de façon progressive l’autonomie des pratiquants. Ainsi il est intéressant d’inciter la personne à pratiquer en dehors des séances, même peu, de l’aider à s’approprier une posture, un exercice qui lui convient, le plus souvent simple. Les effets peuvent être rapidement surprenants.

 

Exercice respiratoire et postural pour débutant et tout pratiquant :  

Se mettre debout, pieds parallèles, à l’écartement des hanches, bras le long du corps. Positionner le bassin, le haut du corps, la tête dans le prolongement des jambes. Imaginer qu’un fil vous maintient en suspension. Veillez à maintenir les courbures naturelles de la colonne vertébrale (lombaire et dorsale). À partir de cette position, montez les bras latéralement sur l’inspiration jusqu’à les amener mains jointes, pouces attachés au-dessus de la tête, redescendre sur l’expiration. En phase d’échauffement faire cette posture 10 fois. Elle peut aussi être maintenue bras étirés pendant 6 à 10 respirations. Après une première série, le pratiquant peut monter sur pointes de pied à l’inspiration et redescendre à l’expiration et/ou rester (stable) pendant 6 à 10 respirations sur pointes de pied.

Monter les bras sur l’inspiration jusqu’à joindre les mains au-dessus de la tête, redescendre lentement sur l’expiration. Respirer par le nez

Cette posture remet le corps en mouvement, en particulier dans la partie haute du corps, favorise l’oxygénation et la concentration dès le début de la séance, présente des variantes, améliore le travail respiratoire, en particulier de la partie arrière haute de la cage thoracique. Elle est donc intéressante pour les personnes voutées, dont le regard est dirigé vers le bas.

Pratique intégrative ou comment intégrer Yoga/respiration/hypnose :

Yoga, respiration et hypnose sont trois pratiques psychocorporelles dont l’association est aisée et intéressante dans le cadre de l’accompagnement de personnes malades. Le yoga et la respiration sont indissociables. Toutefois, selon les personnes, l’entrée dans la pratique peut commencer par l’apprentissage des postures, puis l’intégration progressive de la respiration coordonnée sur les postures. L’entrée dans la pratique peut aussi se faire par un travail très orienté sur les techniques respiratoires, une mise en mouvement progressive du corps. L’intégration de l’hypnose permet grâce à l’utilisation des multiples modalités de communication hypnotique d’intégrer des propositions de travail, d’utiliser les métaphores dont le yoga est riche dans le nom des postures, de faire des suggestions en fin de séance pour inciter la personne à pratiquer.

 

 

Situation clinique :

Mme F est envoyée par un médecin algologue pour des séances d’hypnose. Elle adhère peu à cette pratique qui manque de mouvement. L’hypnothérapeute lui propose le yoga. Lors de la première séance, Mme F. présente des douleurs qui ne lui permettent pas de prendre les postures, même simples. Le travail se recentre sur la respiration. Lors des premières séances, Mme F. prend conscience qu’elle a une bonne capacité respiratoire, mais qu’elle ne perçoit pas sa respiration, en particulier abdominale. Elle arrive le plus souvent aux séances hebdomadaires fatiguée par son travail, ses douleurs d’origine neuropathique, ses préoccupations familiales. Au début de la prise en charge, les douleurs qu’elle ressent rendent difficile le fait de nouer ses lacets, en particulier du côté où elle a mal. Elle a également souvent froid. En dehors de ces séances, elle pratique une activité sportive et prend conscience qu’elle a tendance à faire les mouvements en apnée. Elle ne parvient pas à visualiser les métaphores utilisées par le thérapeute (par exemple, le mouvement de la vague associé à l’inspir et l’expir). Elle exprime souvent sa colère à l’égard de son corps, de sa pathologie. C’est un peu comme si elle avait ignoré tout ce qui le concernait.

Les séances hebdomadaires sont centrées sur la respiration et durent de 30 à 45’. Elles se déroulent debout ou assise sur chaise. Petit à petit, également grâce à l’introduction du toucher par le thérapeute, les exercices permettent à Mme F. de ressentir les différents niveaux respiratoires, en particulier le niveau abdominal. Progressivement, le mouvement est introduit dans la réalisation des exercices respiratoires. Les exercices sont accompagnés par des paroles du thérapeute incitant Mme F. à vivre le moment présent, à accepter les limites que son état du moment lui impose. À son insu, parfois Mme F. se met seule en état hypnotique. Elle fait le constat de l’effet de la respiration sur la disparition de sa fatigue et l’amélioration de sa sensation de froid. Pour autant, elle ne pratique pas en dehors des séances, elle pense uniquement à mieux respirer quand elle fait une activité sportive plus intense.

Après plusieurs semaines de pratique hebdomadaire, Mme F. lace ses chaussures avec aisance à la fin des séances.

 

 

En conclusion, la pratique du yoga, associée à d’autres pratiques psychocorporelles a toute sa place dans les parcours des personnes souffrant de pathologies, en particulier chroniques. La palette très variée permet une adaptation de l’enseignement et des pratiques en fonction de l’état de la personne et du moment. Cette adaptation implique que la pratique soit encadrée par des professionnels spécifiquement formés, tant dans le domaine de la santé que dans l’intégration des pratiques psychocorporelles dans les parcours des patients.

 

Bibliographie :

  • Coudron L. La yoga-Thérapie, Odile Jacob 2010

  • Borel-Kuhner J., Yoga-thérapie à l’hôpital en consultations et aux urgences – Ch 22 in Soigner par les Pratiques Psychocorporelles – Dunod 2015

  • Borel-Kuhner J., ce yoga qui franchit les portes de l’hôpital Yoga Journal n°6 janvier/février 2016 p 47 à 52

  • Armange C., Banville J., yoga sur chaise – Hachette Bien-être - 2015

  • Armange C., Banville J., Yoga sur mesure – Larousse – 2015

  •  Luyé-Tanet L. Ma leçon de yoga – Eyrolles – 2015

  • Morency C., Hervé-Cauchy F., Le yoga des ainés – Les Editions de l’Homme - 2011